L’approche

Nous utilisons une « approche globale » qui rejoint l’humain dans toutes ses dimensions :

  • Bio: le corps et ses signaux (corps, émotion et mental) ;
  • Psycho: le conscient et l’inconscient ;
  • Socio: les relations avec soi et les autres ;
  • Spirituel: ce qui est bon pour soi.

La Psychosynthèse est donc au centre de nos interventions (relation d’aide, atelier et ressourcement) et nous adhérons à une spiritualité neutre et universelleadaptée aux croyances de chaque personne.  

C’est le médecin neurologue et psychiatre Italien, Roberto Assagioli qui créa la Psychosynthèse en 1926  en Italie. À cette époque, il collaborait souvent avec les pionniers de la « psy » tel que Freud, Jung, Maslow et bien d’autres… Mais il s’écarta rapidement de cette psychanalyse traditionnelle en y ajoutant une dimension spirituelle. Il remit donc en cause la théorie du « surmoi freudien » auquel selon lui, manquait cette dimension importante chez l’être humain.

L'oeuf et l'étoile

Il fit donc une synthèse des pratiques thérapeutiques de cette époque et il créa des techniques et des exercices concrets qui permettait à chaque praticien (thérapeute) de participer  activement dans la recherche de mieux-être de son client.

Il avait une conception très intégraliste et dynamique de notre globalité. Il a d’abord identifié les dimensions de la psyché (niveaux conscient et inconscient) à travers ce qu’il appelé la « grille de l’œuf ». Ensuite, il a conçu la « grille de l’étoile » pour représenter les différentes fonctions psychologiques (corps, émotion, mental, intuition, désir, imagination). Nous avons d’ailleurs intégré ces deux grilles, pour démontrer qu’il existe une interrelation entre ces deux conceptions.

La Psychosynthèse est un ensemble de techniques et d’actions psychologiques visant à favoriser et à promouvoir l’intégration et l’harmonie en nous. C’est un système qui rallie la psychologie transpersonnelle, c’est à dire un cheminement vers le « SOI » spirituel et la psychologie traditionnelle, c’est-à-dire un cheminement vers le « Soi » ou le moi.

Une démarche en psychosynthèse permet donc de ressentir que nous avons tendance à nous « identifier » à nos « subpersonnalités », c’est-à-dire les comportements et les réflexes inconscients que nous entretenons dans notre vie et dans nos relations. Mais heureusement, dans une démarche psychosynthèse (individuelle ou en groupe), nous finissons par comprendre intérieurement que nous pouvons nous « désidentifier » de ces modèles de survie et de ces mécanismes de défense et nous finissons par trouver ou par retrouver notre vrai « Soi ».

De nos jours, c’est l’Institut de psychosynthèse (en anglais et en italien) et plusieurs autres organisations qui préserve et perpétue cette oeuvre dans le monde.

Au Canada, c’est Madame Éva-Louise Hamer, infirmière psychiatrique (1963) qui tient le flambeau depuis 1986. Elle fonda d’ailleurs le  Centre de Psychosynthèse du Bas St-Laurent (CPBSL), toujours actif à ce jour. Au Québec, c’est le CPQ qui supportent ces efforts depuis plus de 3 ans et nous prévoyons bientôt ouvrir une autre filiale au Nouveau Brunswick .